Intervention individuelle systémique
Thérapie de couple

  Stéphanie Walker: BOOSTEUSE DE CONFIANCE

Devenez l'écrivain du livre de votre vie


   

Blog


afficher :  plein / résumé

Jour DES DROITS DE LA FEMME

Publié le 8 mars 2018 à 2:10 Comments commentaires (0)


"Le secret du bonheur et le comble de l'art, c'est de vivre comme tout le monde, en n'étant comme personne."

En cette journée des droits de la femme, je vous partage cette citation de Simone de Beauvoir.

Le secret du bonheur, c'est d'être comme tout le monde en n'étant comme personne. Quelle belle vérité. En entretien, je me rends compte que les femmes ont encore beaucoup de mal à parler de leurs besoins, de leurs attentes. Elles sont encore conditionnées, influencées a faire pour les autres. Comme si le sacrifice de soi était la seule issue. Elles n'ont pas appris pour certaines à penser, réfléchir à ce qui les fait vibrer, à s'exprimer sur ce qui les mets en joie, à assumer de ne pas coller à l'image qu'on attend d'elles, à affirmer leurs désaccords, à sortir de l'attente que l'autre vienne combler leurs attentes.


Je suis une femme mais je n'ai aucune honte à dire que la parentalité n'est pas quelque chose de facile, à laisser mes enfants avec leur père à la maison alors que je vais voir ou voyager avec mes copines. Plus le temps passe et puis je me construis ma propre définition de la féminité, la façon dont je suis capable d'être une mère, une compagne, une amante.


Comme l'exprime si bien Simone de Beauvoir, je vis comme tout le monde tout en étant comme personne, simplement parce que je suis moi. Une personne à part entière avec des besoins et des attentes liées à ce que je suis, à ce que j'ai vécu et à ce que je souhaite vivre. Depuis que j'ai arrêté de copier les autres, de vouloir ressembler aux autres, de m'imposer une façon de vivre parce que soi-disant, c'est comme cela qu'il faut faire, je suis plus vraie, authentique avec moi et avec les autres. Je ne copie plus, je suis devenue...


J'ai des droits individuels en tant que personne et c'est en les assumant que j'arriverai à mettre ma pierre à l'édifice pour les droits collectifs des femmes.


Dans mon couple,je me positionne comme une personne à part entière. J'ai compris que nous étions 3 et bien plus encore dans la relation : moi, lui et la relation. Oui, il y a Nous mais avant ce Nous; il y avait Lui et moi. En effet, mon homme est d'abord tombé amoureux de moi, et je ne pense pas que m'oublier pour disparaître dans le Nous sera bénéfique pour notre relation. Le Nous que nous formons aujourd'hui à besoin de se nourrir de nos individualités, de nos envies personnelles.


Si je ne sais pas quels sont mes droits, mes attentes, comment pourrais je être capable de nourrir notre relation avec autre chose qu'attentes et rancoeur. J'ai compris que j'avais le droit et le devoir pour mon bien et celui de mon compagnon de m'exprimer avant que je ne psychote, que les choses ne prennent des proportions ingérables. J'ai compris que certaines de mes aspirations ne colleront pas avec les siennes mais que c'est aussi cela le challenge de la vie à deux.


Oui, vous avez des droits,

Oui, vous avez des besoins

Oui, vous êtes unique

Oui, vous pouvez vous exprimer

Oui, vous pouvez vous assumer.


Pour ma part, je continuerai à revendiquer et exprimer mes droits, mes besoins, mes attentes et à titre professionnel, je continuerai à accompagner les femmes vers plus d'autonomie émotionnelle, vers un meilleur positionnement dans leur relation afin que le vivre ensemble soit possible sans aucun sacrifice et dans le respect de soi et de l'autre.


Belle journée et douce journée des droits de la femme.

Sur les traces de Princesse Tiana

Publié le 24 novembre 2017 à 11:25 Comments commentaires (0)

«Si je n'ai pas de héros, alors je vais devenir une, une héroïne».

Ces mots je les tiens de la princesse Tiana, je sais je suis un grand enfant. A vrai dire, je l'ai entendu dans une de mes séries préférées «Once upon a times». Lorsque j'ai entendu ces mots, j'ai pensé à toi, à moi.

Donc je t'explique le tableau: La princesse Tiana s'est faite cette remarque suite à une rencontre amoureuse qui à mal tournée. A vrai dire, Tiana suite au décès de son père s'est lancée à la recherche de son héros afin de l'épouser. Elle finit par le trouver mais cette rencontre tourne au vinaigre parce qu'il se trouve que c'est un escroc. Cette mésaventure lui faire prendre conscience de la phrase que je t'ai partagé en introduction.

«Si je n'ai pas de héros, alors je vais devenir une héroïne»

En disant ces mots, elle a repris le pouvoir sur le cours de sa vie, sur les actes et les décisions qu'elle serait amenée à prendre pour le reste de l'aventure. Elle a changé son système de croyances, elle s'est remise en position haute, elle ne s'est plus considérée comme une victime à secourir mais comme être ayant le potentiel pour écrire son histoire.

C'est vrai quoi, si tu n'as pas de héros pour te dire à quel point tu es aimable,pour t'aimer, pour te sortir de ta tour, pour s'occuper de toi,prendre les décisions à ta place, peut être que ton unique porte de sortie réside dans le fait de devenir une héroïne. Autrement dire, deviens ton propre sauveur, celle qui sait ce qui est bon pour elle, qui prend les décisions pour sa vie, qui fait des choses inattendues.

Valorise tes ressources, exploite ton potentiel, ose, ose faire différemment, exploite de nouvelles pistes, fais entrer la nouveauté dans ta vie.

Comme pour la princesse Tiana, je souhaite que cette décision te libère d'une quête, de l'attente d'un monde meilleur construit par les autres pour toi et pas par toi.

Ce héros, ce n'est pas spécialement un homme, ceux sont toutes les personnes sur lesquelles tu t'appuies, sur lesquelles tu espères t'appuyer, ceux qui d'après toi sont censés ou doivent te mener vers un monde meilleur et plus heureux.

Si tu deviens une héroine, tu pourras te mener toi même vers des contrées inconnues et les gens qui feront partie de ta vie, tu les auras laissé entrer par choix et pas pour combler un besoin.

Tiana aurait pu être une de mes clientes, parce que sa phrase, rejoint tout à fait mon leitmotiv, qui est, que nous sommes tous des experts de notre vie et que nous devons, pouvons mener notre barque vers un destin plus épanouie.

Si tu avais de l'estime pour toi

Publié le 24 octobre 2017 à 18:55 Comments commentaires (0)

Il paraît que si tu avais de l’estime pour toi, tu oserais t'affirmer

Il paraît que si tu avais de l’estime pour toi, tu verrais la vie en rose

Il paraît que si tu avais de l’estime pour toi, tu ne te demanderais plus où est ta place

Il paraît que si tu avais de l’estime pour toi, tu t’aimerais assez pour dire non.

Mais où est passé ton estime, qui te l’a prise, te l’a volée, où se cache-t-elle?

Il est temps d'aller à sa recherche, j’ai envie d’aller à sa rencontre, de la retrouver.
Mais par où commencer ?

Ton futur, en te comportant « comme si » tu la possédais, espérant ainsi la posséder à nouveau.

Le présent, peut-être que si tu l’appelles de tout ton cœur, de toute ton âme, elle finira par se réveiller.
Mais ça ne marche pas.

En y réfléchissant, allons plutôt voir du côté de ton passé.

A ce jour où ta mère t’a dit que si tu l’aimais vraiment, tu devais être capable de mieux travailler, d’avoir de bons points, faire des efforts.

A ce jour où papa t’a dit que pour être aimé, il fallait être un « winner », un gagnant, un vainqueur

A ce jour où mamie t’a dit que tu étais une mauvaise personne et que personne ne t’aimerait ou encore à ce jour où tu as vu la déception dans les yeux de ton instituteur parce que tu as eu un zéro.

Alors toi, aujourd’hui, tu penses et tu as grandi avec l'idée que tu n'es pas un « winner », que tu n’en fais jamais assez, et surtout tu attends toujours ce jour où ta maman et ton papa te diront qu’ils sont fiers de toi, qu’ils t’aiment malgré tes échecs, malgré leurs attentes, qu’ils t’aiment pour ce que tu es.

C’est peut-être de ce côté que tu dois chercher. Qui es tu, qu’est-ce que tu aimes, qu’est-ce que tu veux, qu’est -ce que tu as envie de vivre ?

Tu ne peux répondre à ces questions et j'en suis désolée pour toi.

Une des pistes c'est que la personne que tu étais sensée devenir n’a pas pu éclore. Elle a décidé, préféré, été obligée de devenir la personne que ces adultes voulaient qu'elle soit.

Tu es devenue toi sans être toi. Un faux toi comme disent certains psychologues.

Seulement aujourd'hui, tu es adulte et tu as besoin de savoir, de décider pour toi, de recouvrer de l'estime pour toi.

C’est pourquoi je te propose de te rebeller contre ce qu’ils ont fait de toi, de laisser sortir ton vrai toi.

Découvre qui tu es, prend le risque de rencontrer cette petite personne qui à dû disparaître au profit des attentes des autres.

Peut-être en vaut-elle la peine, mais oui je suis sure qu’elle en vaut la peine, qu’elle a du potentiel, qu’elle est aimable...

Je sais que cela ne sera pas toujours facile, parce que tu vas devoir te déconditionner, te distancer de croyances, de comportements qui ne te font pas de bien.

Je sais aussi que cela n’est pas impossible, tu peux te faire accompagner, lire, méditer.

Il est temps que l'enfant au fond de toi puisse faire la paix avec son histoire pour pouvoir faire de la place à l'adulte que tu as envie de devenir Le plus dur, c’est la prise de conscience et ça, tu l'as déjà fait.

Continue de creuser au fond de toi pour la trouver, la réhabiliter, c’est à la sueur de ta volonté, de ta détermination à faire ce travail que tu pourrais être à ta place partout, oser t’affirmer, dire non, être authentique.


Cet article a été écrit pour le carnaval d'articles organisé par le blog passezalaction . Le thème était 'l'estime de soi". Découvrez tous les article de ce carnaval http://www.passezalaction.com/votre-vie/carnaval-darticles-dans-le-cadre-de-la-journee-internationale-de-lestime-de-soi "



Motivation vs détermination

Publié le 30 janvier 2017 à 20:55 Comments commentaires (0)

Motivation vs détermination

Hier j'ai eu l'occasion de poster une citation, elle m' a amené à réfléchir sur le sens que je donne au mot motivation et au mot détermination

Pour moi la motivation, c'est ce qui me guide dans mes choix. Dans le dictionnaire, on parle de raisons, intérêts, éléments qui poussent quelqu'un à agir.

La détermination, c'est ce dont j'ai besoin pour ne pas baisser les bras, pour continuer à avancer. Dans le dictionnaire, on peut trouver ceci : acte de volonté, de décision, de résolution.

La détermination, c'est croire que cela est possible, c'est croire en sa réussite, c'est se mettre en action, c'est ce petit plus qui fera que l'on déplace la première pierre, puis une autre, et encore une autre jusqu'à finir par déplacer la montagne, c'est finalement garder le cap.

La détermination, c'est se donner le droit de penser que l'on mérite le meilleur, que c'est possible et que l'on va y arriver et que l'on va mettre tout en place pour l'obtenir. C'est viser la lune pour au moins atteindre les étoiles:) comme disait l'autre:):)

Mes clients la plupart du temps ne manque ni de courage, ni de motivation, (il en faut du courage pour se rendre compte que l'on tourne en rond avant de s'adresser à un professionnel pour se faire accompagner dans la mise en place d'un changement personnel ou professionnel) ce qu'il faut stimuler, c'est la détermination: ce fil conducteur, ce tuteur qui permet de se relever ou de maintenir le cap malgré les aléas, les refus, les désillusions, les éventuelles difficultés.

Ce qu'il faut travailler ceux sont les bénéfices de la réussite, du changement souhaité, de l'évolution voulu, ce qu'il faut travailler c'est le mouvement, le flow, qui permet d'atteindre un mieux-être. Bref tout ce à quoi on peut se rattacher pour ne pas baisser les bras ou en tout les cas ce qui permettre de les relever de nouveau

Ce qu'il faut travailler c''est la place que l'on souhaite occuper, celle qui nous rendra heureuse, celle qui nous correspond, celle qui nous fait vibrer, briller.

La détermination est finalement liée à ce à quoi on pense avoir droit. Si tu ne penses pas au plus profond de toi avoir droit à ce à quoi tu aspires, finalement à quoi te servira ta motivation?

Lorsque tu veux baisser les bras, revois ta motivation mais fais aussi le point sur ta détermination à vouloir le changement. Qu'est ce qui est en jeu, que va t'apporter ce changement?

Pour conclure, on dira que la motivation est le moteur et que la détermination est son carburant.

Alors tu as un projet? C'est bien

Tu es motivé? C'est bien

et à quel point es tu déterminé?

Quelles grandes décisions dois-tu prendre cette année?

Publié le 30 janvier 2017 à 0:45 Comments commentaires (0)

Quelles grandes décisions dois-tu prendre cette année?

En me mettant à écrire à l'instant, je me rends compte que cette question peut être perturbante ou bousculante mais bon après tout c'est un peu mon boulot de bousculer les habitudes.

Vouloir changer, mettre en place un projet, c'est un fait, prendre la décision de faire ce que l'on doit faire pour le réaliser en est un autre.

Si tu ne te donnes pas la permission de réfléchir et de prendre les décisions qui te permettront de grandir comment penses-tu y arriver?

Si tu fais toujours de la même chose, quel espoir as tu, d'évoluer, de voir ta vie évoluer, de voir tes projets se mettre en place.

Prépare toi, Essaie, OSE, fonce, et vas-y. Pour moi la prise de décisions tourne autour de ces 4 mots qui résument l'action. Bref sors de ta routine, brise le cercle ou intègre-y une action nouvelle, innovante, quelque chose que tu n'as pas encore osé faire. Et si cela ne fonctionne pas comme tu veux, alors, tu pourras toujours rebondir sur autre chose, une autre approche, un autre angle d'attaque, comme disait Mandela, l'échec ce n'est pas de tomber, c'est de rester là où l'on est tombé. Tombe 7 fois, relève toi 8 fois.(proverbe chinois)

Bref, réveille-toi, secoue toi, remue toi, tu en es capable et si ce n'est pas le cas au moins tu ne vivras pas avec le regret de ne pas avoir tenté d'évoluer, de mettre en place ce projet qui te ferait rayonner.

J'entends souvent de la part de mes clientes "j'aimerais me lancer dans telle ou telle activité, j'aimerai changer de boulot, j'aimerai m'affirmer dans mes relations, savoir dire non"

Tous ces projets demandent de prendre des décisions, de devenir responsable de son avenir, d'oser dépasser ses peurs, d'oser faire quelque chose de nouveau, d'oser grandir, d'oser quitter l'image que les gens ont de vous, d'oser manquer de loyauté à son éducation, d'oser contredire les peurs des gens qui nous aiment.

Bref, être capable de prendre des grandes décisions, c'est reprendre les rennes de sa vie, c'est décider de faire les premiers pas vers ce qui nous donne envie.

Alors je te repose la question, quelles grandes décisions vas-tu prendre cette année pour te réaliser et réaliser tes projets? Toutes les décisions que tu prendras, que ce soit déplacer une montagne ou déplacer un caillou sont des grandes décisions.

N'oublie pas "Petit à petit, l'oiseau fait son nid".

Et toi pour cette année tu décides.......

Je suis féministe et alors?

Publié le 21 décembre 2016 à 7:55 Comments commentaires (0)

Si le féminisme, c'est le fait de faire de soi une priorité Comme une autre parmi toutes nos priorités alors je suis féministe

Si le féminisme c'est connaître sa valeur et prendre conscience de ses compétences alors je suis féministe.

Si le féminisme, c'est demander du respect dans les relations alors je suis féministe

Si le féminisme, c'est ne plus avoir honte de dire que je ne suis pas une super Woman et que moi aussi j'ai des besoins et des limites alors je suis féministe.

Si le féminisme, c'est refuser d'être défini par les autres alors je suis féministe.

Je ne suis pas pour la guerre des sexes chacun ayant sa spécificité, je suis pour la reconnaissance de ce que chacun est...

C'est sûrement pour toutes ces raisons que j'accompagne les femmes à trouver ou retrouver confiance en elles, à trouver leur juste place et a se distancer de celle qu'on leur a donnée, imposée ou qu'elles ont cru devoir prendre.

Je les accompagne à respecter et faire respecter leur valeur. Je les accompagne à prendre conscience de la pépite qui se trouvent en elles et qui ne demande qu'à être exploitée...

C'est ma façon à Moi d'être féministe, c'est mon apport pour une société plus juste et respectueuse. Car si une femme ne sait pas qui Elle est, Si Elle ne se donne pas le droit de s'exprimer, de se poser les bonnes questions concernant ce qu'elle attend de la vie, des relations, comment arrivera t-Elle à se faire respecter par les autres. Que l'on nous l'ait inculqué ou pas nous avons de la valeur. À nous de la revendiquer, de la réclamer si besoin. Si nous ne nous respectons pas en tant qu'être unique, comment voulons nous être respecté par notre entourage? Si nous n'exprimons pas nos besoins, nos attentes comme voulons nous que les autres les satisfassent?

C'est un peu tout ça que je propose de travailler en accompagnement. Se connaître pour se faire respecter, pour communiquer de manière authentique et s'affirmer dans le but d'avoir des relations saines.

JE suis égoïste, tu es égoïste, bref nous sommes égoïstes et alors??

Publié le 6 décembre 2016 à 19:00 Comments commentaires (0)

JE suis égoïste, tu es égoïste, bref nous sommes égoïstes et alors???

« L'égoïste est celui qui n'emploie pas toutes les minutes de sa vie a assurer le bonheur de tous les autres égoïstes ». Lucien Guitry


«Mais si j'exprime à ma sœur que je ne peux pas être disponible tout le temps pour elle, elle pensera que je suis égoïste?»

Il y a quelque jours en entretien, une cliente que je recevais m'a dit cette phrase qui m'a fait réfléchir.
D'abord qu'est ce que cela veut dire être égoïste pour toi? «c'est ne penser qu'à soi» me répond elle?
Finalement quand on y réfléchit bien, qui a décrété que de penser à soi fait de vous une personne égoïste si ce n'est des critères imposées par la société, la famille...


Le Larousse, définit l'égoïsme comme étant un attachement excessif porté à soi-même et à ses intérêts, au mépris des intérêts des autres.

Sur ce je m'interroge:
En quoi le fait de s'accorder du temps pour soi de temps en temps et le dire clairement exprime du mépris pour les autres?
En quoi le fait de mettre des limites claires et respectueuse sur ce qu'on est capable de tolérer est il une preuve de mépris?
En quoi le fait d'avoir envie de pouvoir s'éloigner de quelqu'un dont le comportement ne vous fait pas de bien, fait de vous quelqu'un de méprisant?
En quoi le fait de préférer passer votre temps dans la réalisation de vos projets fait de vous un égoïste?


A mon sens, il ne peut y avoir de relations saines et authentiques si on ne part pas de soi, de ce qu'on a envie, de ce qu'on peut et veut offrir à l'autre.

Si les choses sont exprimées clairement avec bienveillance dans une bonne intention, alors, je ne parlerai pas d'égoïsme seulement que vous faites de vous, votre priorité...

Si vous êtes capable de comprendre et d'entendre sans vous laisser influencer, ni chercher à influencer, que les autres n'ont pas les mêmes attentes que vous alors je ne parlerai pas d'égoïsme.

Si vous êtes capable de mettre en place des solutions alternatives prenant en compte les attentes des deux parties même si elles ne satisfont pas l'autre à 100% alors je ne parlerai pas d'égoïsme.

Si vous vous trouvez dans une situation telle que vous n'avez ni le temps, ni l'énergie pour l'autre alors je ne parlerai pas d'égoïsme mais de mode de survie pendant quelque temps.

Si l'on revient à la citation du début d'article, nous avons deux choix : être égoïste ou satisfaire les désirs des autres égoïstes.
Et si le challenge était de trouver le juste équilibre

Belle soirée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'approuve

Publié le 1 décembre 2016 à 2:00 Comments commentaires (0)

Je m'approuve

Depuis quelques jours, je ne me sens pas bien, je tourne en rond. Je ressens de la culpabilité, Je me prend pour le centre du monde, responsable du bonheur et du malheur des autres. Je m'invente des histoires dans lesquelles je suis en tort, je me sens méchante et médisante...Tout cela pour vous dire qu'en ce moment, je me désapprouve. Mais qu'est ce qu'elle raconte? pensez-vous à l'instant.
Je veux dire que je remets en question la personne que je suis, j'ai de nouveau, besoin d'exister au travers du regard des autres, qu'ils me disent et me montrent que je suis une bonne personne, quelqu'un de bien mais même si je les entendais me parler, cela ne suffirait pas à calmer le fait que je me désapprouve.
Je me désapprouve parce que j'aimerai peut-être être quelqu'un d'autre,vivre une autre vie, parce que je souhaite peut-être être cette épouse, sœur, collègue, employée, entrepreneure parfaite et irréprochable. Je rêve tout simplement de quelque chose d'irréalisable parce qu' avec toute la volonté du monde, je ne serais jamais une autre, je dois faire avec ce que je suis, ce que j'ai vécu. Mon objectif se doit d'être l'acceptation de ma personne avant de pouvoir évoluer en une meilleure version de moi si j'en ai envie.
Oscar Wilde disait "soyez vous-même tous les autres sont déjà pris". Je ne sais pas pour vous mais qu'est ce que cette phrase sonne juste C'est un magnifique rappel à l'ordre lorsque je me désapprouve parce si tous les autres sont déjà pris, cela signifie que je suis unique donc parfaite dans mon imperfection parce que je suis inimitable. Je ne serais jamais cette voisine à qui tout réussi, ni cette sœur avec cette un super vie qui parait si heureuse et gentille, ni cette copine que je jalouse parce qu'elle parait tellement confiante dans tout ce qu'elle entreprend. Je serais toujours moi où celle que je décide d'être. Il est temps que je l'accepte, "Je suis moi" avec mes défauts, mes qualités, "L'acceptation de soi nous libère des opinions des autres" Louise Hay... Le principal n'est pas ce que je suis mais ce que je fais de que je suis. Bref, ce soir, j'ai décidé de m'approuver et d'approuver mes actes, mes rêves, mes projets, mes envies, mes désirs. Si je ne les approuve qui le fera à ma place? Si je ne les approuve pas comme trouver la force d'atteindre le bien-être auquel nous avons tous droit, comment trouver la force de dépasser les obstacles qui se présenteront sur mon chemin
S'approuver, c'est se donner le droit d'être, c'est essayer de ne plus écouter cette petite voix intérieure qui dit du mal de vous, de vos projets, de vos valeurs, c'est décidé d'essayer de se rabaisser le moins, d'arrêter de se comparer aux autres.
J'ai décidé de me donner le droit d'être une partie de ces fabuleux adjectifs sur l' image ci-dessous. Et vous, vous approuvez-vous?

Belle soirée...

"Je n'ai pas changé, j'ai juste compris ce qui est bon pour moi"

Publié le 29 septembre 2016 à 8:30 Comments commentaires (0)

"J'ai juste compris ce qui est bon pour moi" ce matin en lisant cette citation je me suis dis c'est exactement ce que j'avais besoin de lire... Dans une société qui nous traite d'égoïste et d'égocentrique des que l'on pense à soi, il est difficile de se mettre au centre de son bien-être. En effet depuis la petite enfance, on nous apprend qu' il faut aider les autres, que pour être aimé, il faut satisfaire les besoins des autres, leur plaire. Nous intégrons tellement cette donnée que nous nous oublions,notre priorité devient les autres. Nous devenons dans certaines situations des victimes des autres et de nous-mêmes.

J'ai longtemps été comme ça a toujours vouloir satisfaire les autres, à régler les conflits des autres, à ne jamais oser dire Non, tout cela en niant ce qui était bon pour moi. Et puis un jour, je me suis donné le droit d'exister. Evidemment cela ne s'est pas fait en un jour et encore aujourd'hui je dois faire attention mais j'y suis arrivée. J'ai dû apprendre ce qui me fait du bien, ce que j'attends des relations,j'ai dû apprendre à me respecter pour pouvoir me faire respecter. J'ai appris que les gens ne sont pas sensés vous aimer uniquement pour ce que vous pouvez leur apporter mais aussi et surtout pour ce que vous êtes. Commencer à penser à soi, c'est le premier pas sur le chemin du bonheur. Oui les autres existent, oui vous avez envie de les rendre heureux mais cela ne doit pas se faire au détriment de votre bien-être... Quand vous faites une action, demandez vous ce qu'elle vous procure et demandez vous ce qui vous pousse à la faire, la peur de déplaire? Le fait que vous vous sentez investi d'une mission?ou est-ce un acte que vous avez vraiment envie de poser. Prenez conscience que votre changement sera difficilement accepté par votre entourage qui aura du mal au début donc prenez le temps de leur expliquer ce qui vous amène à changer. Et n'oubliez pas que vous avez le droit de vous faire plaisir, de vous éloigner des relations qui ne vous font pas du bien, de ce qui vous rend malheureux...Vous avez le droit au bien-être et au bonheur comme je le disais dans mon dernier post commencer petit à petit afin de consolider la confiance que vous avez en vous.

"Lorsque vous dites oui aux autres, assurez-vous que vous ne dites pas "non" à vous mêmes". Paolo Coelho

Publié le 28 septembre 2016 à 4:00 Comments commentaires (0)

"Lorsque vous dites oui aux autres, assurez-vous que vous ne dites pas "non" à vous mêmes". Paolo Coelho

Hier, j'ai regardé l'extrait d'une vidéo d'un célèbre coach aux Etats-Unis,   dans laquelle il invitait les participants à se poser cette question: qu'est ce que vous tolérez dans votre vie qui n'a plus sa place ou qui ne devrait plus avoir sa place

Finalement, je me suis dis, ah oui, c'est bien vrai. Pour avoir envie de changer une situation, il faut une insastisfaction bien-sur mais il faut avant tout une prise de conscience.

Et si cette phrase était tout simplement le début d'un questionnement different par rapport à une situation donnée. Nous passons notre vie à tolérer, accepter, fermer les yeux sur des comportements, événements qui ne nous font pas forcément du bien.

J''entends trop souvent autour de moi, une sorte de fatalisme, comme si tout ce qui nous arrive était déja écrit quelque part, était d'office en dehors de notre champs d'actions.

Non, nous avons le choix de nos attitudes, de nos réactions face aux aléas de la vie. Le choix de vivre la vie avec fatalisme ou de nous prendre en charge. Je ne dis pas que cela est facile, je dis juste que ce choix existe.  Je ne dis pas que nous n'avons pas le droit de nous sentir mal, triste ou autre, je dis juste que nous avons le choix de nous relever après.

Je sais que pour beaucoup d'entres nous, se prendre un charge est quelque chose qui parait insurmontable, tout simplement parce qu'on ne nous a pas appris à le faire étant enfant mais je vous assure que cela est faisable. Cela demande détermination, cela demande de savoi, pourquoi on souhaite un changement et de croire en nous

Qu'est ce que vous tolérez qui vous a conduit là ou vous êtes aujourd'hui sur le plan personnel, relationnel, amicale ou professionnel.

Belle journée



Rss_feed